• en
  • he
  • ru
  • fr
  • de

Mosquée Sidna Ali à Herzliya

Près de la plage Sidna Ali

La mosquée Sidna Ali existe depuis le XIe siècle et abrite une tombe et un caravansérail (kan). Elle fait office jusqu’à aujourd’hui de lieu de culte pour les musulmans. Dans la cour de la mosquée se trouve la sépulture du saint musulman Ali Ben-Olim, qui était, d’après la tradition islamique, un combattant musulman tombé au cours d’une bataille contre les croisés, près d’Apollonia en l’an 1250 (environ).
La tradition raconte qu’Ali ne voulait pas qu’un toit couvre sa tombe et en effet, le toit construit au-dessus de sa sépulture s’est finalement effondré.
Les Phéniciens, installés dans le secteur à la fin de l’époque israélite ancienne, y fondèrent la ville portuaire Arsuf, du nom du dieu du feu et de la lumière Reshep et actuellement située près de la plage Sidna Ali.
L’édifice actuel de la mosquée a été construit à l’époque des mameluks, en l’an 1481. Les Arabes avaient coutume de s’y rendre pour une fête populaire célébrant la fin de la saison des pastèques.
En 1948, le site fut abandonné en même temps que le village musulman qui se trouvait à proximité. En 1990, la mosquée a été restituée aux musulmans et le site restauré. Il abrite aujourd’hui un lieu de culte actif.
L’édifice visible au cœur de la mosquée a été construit par les Britanniques pour servir de poste de la garde côtière, qui fut équipée d’un radar pour repérer les bateaux des immigrants illégaux. Ce radar a notamment découvert le bateau Berl Katznelson arrivé sur la côte israélienne le 23 novembre 1945. Des forces de l’armée envoyées sur les lieux appréhendèrent une partie des immigrants illégaux et les hommes du Palmah qui n’avaient pas réussi à fuir.
Après cet incident, on décida d’attaquer et de faire exploser les postes de la garde côtière à Sidna Ali et à Guivat Olga. L’opération eut lieu le 25 novembre 1945.
Les Britanniques réparèrent le bâtiment rapidement.